Une vie en dehors de moi

Publié le par Sally

     cineaqua

« Cher Axel,

 

Tu as été mon premier enfant, celui qui m’a révélé ce sentiment sublime – et terrifiant à la fois – qu’est l’amour d’une mère.

 

Je t’ai aimé de tout mon être, j’ai fait de toi une partie non détachable de moi-même, j’ai recréé mon univers autour de toi, je n’avais d’intérêt que pour toi et j’oubliais le reste, j’ai laissé en chemin des choses essentielles.

 

De ton côté, tu étais bien sûr comblé par cet amour indéfectible, mais en même temps, tu as dû sentir que parfois mon amour était lourd, suffocant. Tu as dû me porter sur tes petites épaules parfois. Tu ne voulais pas forcément être mon refuge quand je n’allais pas bien. Ce n’était pas ton rôle !

 

Tu voulais juste être aimé, juste comme il faut, jouer, apprendre, explorer le monde, grandir sans pression.

 

J’ai mis du temps à le comprendre, mais quelque part, je t’ai fait du mal à vouloir trop t’aimer. Je n’ai pas compris que tu avais une vie en dehors de moi, que tu ne demandais qu’à voler de tes propres ailes, avec moi pas trop loin à t’assurer de mon amour et de mon soutien.

 

J’avais aussi oublié que moi-même avais une vie, que je me devais de penser un peu à moi, et aux autres. Je ne savais pas que le bonheur peut très bien être dans le fait de partir, car il permet de mieux revenir et de mieux se retrouver.

 

Mais comme on apprend tous les jours, et que les erreurs sont parfois les meilleures leçons, j’e t’ai laissé partir vers d’autres horizons, d’autres gens, d’autres préoccupations. Je t’ai permis une liberté qui te revenait de droit. Je ne disposais plus de toi.

 

Et avec bonheur, je vois qu’aujourd’hui, tu es plus heureux que jamais. Epanoui dans ton autonomie, savourant à chaque instant cette liberté d’enfant, ces possibilités infinies qui s’étalent sur ton chemin.

 

Aujourd’hui, je remercie ceux qui m’ont remis sur le droit chemin, et qui m’ont convaincue que le bonheur d’un enfant n’est pas qu’avec sa maman.

 

Continue à être heureux, mon bébé. Et n’oublie pas que maman est toujours là, à te surveiller de loin, à se soucier de toi en silence, à chercher à t’offrir le meilleur de la vie, mais surtout à toujours t’aimer de tout son cœur. 

 

Maman »

 

 

« Avoir des enfants implique d’apprendre à s’en détacher pour les préparer à l’autonomie et accepter que l’on est pas l’unique personne à pouvoir assurer leur bien » Corinne Maier.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Z'histoires de maman

Commenter cet article

Emma (nounou) 25/10/2011 20:29


c'est très beau et très juste ce que tu dis car oui, malgré l'amour inconditionnel et sans limite que nous portons à nos enfants, il faut aussi accepter de les laisser goûter à d'autres choses sans
nous sans pour autant les laisser sans "surveillance"... Il faut trouver le juste milieu entre la liberté et notre envie de (sur)protection...
Tu as su trouver cet équilibre à priori alors bravo!


Sally 26/10/2011 07:18



Merci Emma ! Il m'a fallu apprendre pour le "lâcher" !



khanel3 25/10/2011 16:31


Bravo pour cet article pleins d'amour et de lucidité !
beaucoup de mamans se comportent comme toi sans s'en rendre compte !
bonne soirée !


Sally 25/10/2011 19:25



Merci !



Belbe 25/10/2011 11:22


belle déclaration d'amour maternel


Sally 25/10/2011 19:24



Merci !



Douchka de chez Catbibi 25/10/2011 10:43




Val1603 25/10/2011 10:02


Un article très émouvant...


Sally 25/10/2011 19:23



Merci Val !