Souffrir pour être bien

Publié le par Sally

massage-du-ventre.jpg

 

Ces derniers temps, je suis devenue adepte du massage. Tout a commencé lors de ma deuxième grossesse où je me sentais particulièrement patraque, stressée, pas bien du tout. Je me suis donc payée une bonne dizaine de séances de massage relaxant qui m'ont fait un bien fou. A la sortie de chaque séance, je me sentais tellement légère, tellement reposée que j'avais hâte d'être au lendemain pour une autre séance.

 

De plus, çà m'a aidé à avoir un sommeil réparateur, chose rare en ces derniers mois de grossesse où je n'avais que 4 ou 5 heures de sommeil chaque nuit, pour se réveiller le lendemain fatiguée et un peu stressée.

 

Depuis, le massage est devenu LA solution pour chacun de mes problèmes.

 

C'est donc tout à fait normal et systématique je me suis tournée vers le massage pour m'aider à me débarrasser de ce ventre flasque, dû à la grossesse et à l'accouchement (par césarienne en plus !). J'étais alors à 100.000 lieues d'imaginer que le massage amincissant est douloureux ! 

 

Lors de la première séance, je me suis étendue sur la table de massage, prête à me la couler douce, et convaincue de la facilité avec laquelle la graisse en trop sur mon abdomen allait partir !

 

Que nenni ! Je retrouve très vite pétrie comme du pain par deux mains vigoureuses, telles deux rouleaux compresseurs ! La douceur des séances de massage relaxant semble loin, loin, loin ! Je commence à me tortiller, trop honteuse d'émettre le moindre gémissement !

 

J'ai compris alors la technique : il s'agit de griller la graisse, c'est à dire de frotter intensément pour que la graisse fonde !

 

La masseuse (catcheuse ?), dans des gestes familiers et sans s'arrêter de papoter, s'attaque maintenant à mes hanches. Elle est bien décidée à ne laisser aucun répit à ma peau et à ma chair ! J'étais rouge de douleur, mais n'ose toujours pas me plaindre.

 

Ce fut après de longues minutes de calvaire que les mains m'ont lachée ! Sauvée ... juste pour aujourd'hui !!

 

Le lendemain en effet, lors de la deuxième séance, les choses sérieuses ont réellement commencées. La peau à vif, chaque touchée, même le moindre effleurement est douloureux. Là, oubliés honte et décence, je criais, râlais au point que les autres masseuses dans les cabines voisines sont venues demander si tout allait bien !

 

Les séances suivantes étaient aussi douloureuses et interminables, mais j'y allais, courageuse comme un petit soldat ou mieux un condamné vers l'échafaud !

 

Et oui, les amis, il faut vraiment souffrir pour être bien dans sa peau !!

Publié dans Ici - je m'raconte

Commenter cet article