Une vraie maman poule

Publié le par Sally

maman poule

 

En allant sur le site Vertbaudet ce matin, je suis tombée sur leur Grand quizz des parents.  Vous répondez aux 4 questions et vous savez quel papa ou quelle maman êtes-vous ?

 

Pour ma part, le résultat m’a juste confirmé ce que je sais déjà : je suis une maman poule !

 

Avec mes poussins, je ressens l’absolu : les joies, les craintes, les angoisses, le bonheur … Tout est à l’état pur.

 

Je ne connais d’autres façons de les aimer qu’avec mes tripes.

 

Je ne connais d’autres façons de jouer avec eux qu’en me mettant à leur portée, à leur hauteur et de faire comme eux, exactement comme eux : se mettre à 4 pattes pour « faire cheval », les prendre sur les épaules et courir pour « faire avion », courir avec eux en brandissant mon cerf-volant, chanter, danser, sauter, grimper …

 

Dès le réveil, je pense à eux. En sortant de la maison et en rentrant, je pense à eux. Au bureau, je pense à eux. Dans une réunion, je ne peux m’empêcher une petite pensée vers eux. Au coucher, je vois leur visage avant de m’endormir.

 

Et puis, il y a le côté moins bien. Car j’ai tendance à trop les chouchouter, à les confiner, à les surprotéger. Cà a même causé quelques problèmes à Axel.

 

Je le surprotégeais tellement qu’à un certain moment, sans m’en rendre compte, il dépendait de moi affectivement et avait du mal à être autonome.

 

En allant consulter un pédopsychologue, celui-ci m’a indiqué que le problème d’Axel était sa mère. Ce fût un choc pour moi. Aurais-je fait du mal à mon enfant en l’aimant trop ? Heureusement, après une énorme remise en question et la volonté aidant, j’ai pu rectifier petit à petit cette erreur de parcours. Puis, l’arrivée de Maya a écarté définitivement le problème, car j’étais moins « sur » Axel.

 

Et oui, les amis, ce fût un énorme coup sur ma tête de voir que l’amour ne fait pas que du bien. L’excès peut causer problème.

 

Et vous, quel genre de mère êtes-vous ?

 

 

 

Publié dans Z'histoires de maman

Commenter cet article