Les yeux dans les étoiles

Publié le par Sally

cours-de-couture-animations-de-seminaire.jpg

 

Ma grand-mère était couturière. Jusqu’à un âge assez avancé, je l’ai toujours vue coudre, pliée en deux pour ne laisser aucune imperfection sur telle robe, tel tailleur, telle chemise, tel pantalon. Et moi, sous la table, je jouais au milieu des tissus, des étoffes, parmi les bobines de fil de toutes les couleurs. Je restais là à feuilleter les catalogues, me rêvant dans cette robe sublime ou me voyant dans ce joli tailleur.

 

Mais je me rappelle surtout que je pouvais rester des heures à regarder des catalogues de robes de mariée. Les catalogues Pronuptia n’ont eu aucun secret pour moi. J’avais 12 ans quand j’ai décidé que je mettrais cette robe Pronuptia à mon mariage, n’ayant aucune idée de ce qu’est la mode, ni que les styles et les modèles puissent évoluer. Sous ma table, auprès de ma grand-mère, tout me paraissait alors intemporel.

 

J’en ai vue des belles robes blanches dans ses catalogues ! A l’époque, pour moi, les robes de mariée ne pouvaient qu’être blanches ! D’ailleurs, en feuilletant je n’en ai pas vu qui soit d’une autre couleur. Ou bien il y en avait mais je les ai zappées ? Je ne saurai le dire.

 

Puis, des années sont passées. Ma Grand-mère nous a quittés un jour de Juin, me laissant pantoise et seule. Me laissant à mes rêves inassouvis : elle ne sera pas là pour mon mariage, elle ne verra pas mes enfants, elle ne sera pas là pour me conseiller sur ma vie, est-ce que tout sera plus difficile ou plus facile sans elle ? On était tellement proches, comment sera la vie sans elle ?

 

Puis je me suis mariée. Sans faire exprès, mon choix s’est porté sur une robe Pronuptia, comme un hommage à cette femme qui m’a enseigné, par ses seuls gestes et sa façon d’être, l’art de l’excellence, de la perfection, de l’élégance. Mais ma robe Pronuptia n’était pas blanche, elle était dans un discret ton de vert, un tissu dont je ne saurai vous dire le nom, mais d’une couleur si douce et d’une texture si soyeuse.

 

Ce jour-là, j’ai eu une pensée pour elle, mais pas trop. Comme si son absence, au lieu de me peser, m’a finalement donné un coup de pouce pour que je puisse aller de l’avant, et de me rendre compte que finalement, nous nous en sommes tous sortis sans elle physiquement, mais avec des souvenirs d’elle plein la tête et le cœur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Ici - je m'raconte

Commenter cet article

MarlouChou 24/07/2011 07:37


Joli petit hommage...quel beau métier que d'être couturière! Perso, je m'y exerce à mes heures perdues...pfiouuuu bah je leur dis "chapeau"! Bizzz


Sally 24/07/2011 18:12



Bisous bisous MarlouChou !



Laviedejulie 22/07/2011 22:05


C'est très joli ce que tu as écrit. Je me reconnais dans ton texte...Finalement, c'est tout a fait ça, elle me donne un coup de pouce!


Sally 23/07/2011 08:26



Elles occupent une place telle dans notre vie, que nous nous disons qu'heureusement que nous les avons encore connues !



la mere cane 22/07/2011 10:24


Le monde merveilleux des grand mères! J'ai encore la mienne ^^ et elle était là pour mon mariage et pour voir mon premier fils...je la retrouve bientôt. Mais ton article m'a fait drôlement mal au
cœur. il m'a rappelé qu'elle ne sera pas toujours là.


Sally 22/07/2011 13:03



Tu as de la chance de l'avoir encore avec toi ! Je donnerais n'importe quoi pour qu'elle voie et chérisse mes enfants comme elle l'a fait avec nous ...