Gratte-papier

Publié le par Sally

090429175705.jpg 

 

Je le tiens de mon père. Je vous parle de notre amour profond pour les fournitures de bureau. Non, vous ne rêvez pas, je dis bien notre AMOUR pour les FOURNITURES DE BUREAU.

 

Non, on n’a pas encore consulté (les psy). En fait, on n’ose pas. Trop peur du diagnostic.

 

Je suis donc une dingue des fournitures de bureau, voilà c’est dit.

 

Que ce soit des trombones, des post-it, des stabilos, des taille-crayons, des gommes, des stylos, des crayons, les petits carnets, les cahiers, les bloc-notes …, ces objets m’attirent étrangement. Je ne saurai dire si c’est les couleurs ou si c’est les utilisations qui peuvent être faites avec, mais j’adore les fournitures de bureau.

 

J’en ai un rayon chez moi. Mais ils ne servent pas forcément, ils viennent seulement s’ajouter à toute une collection qui était déjà là.

 

Imaginez alors mon euphorie au début de chaque année scolaire quand je dois faire les fournitures d’Axel. Là je suis capable de passer une demie journée entière à choisir les plus belles pièces. Je peux m’enorgueillir que mon fils a les plus belles fournitures à l’école.

 

Là où les parents traînent du pied, surtout quand la maîtresse sort un peu de l’ordinaire et demande des pièces rares, moi je suis emballée à fond. Inutile de dire que je n’entraîne personne dans ma course ces jours-là. Surtout pas mon mari pour qui en matière de fournitures scolaires, tout est bon pourvu que la corvée ne dure pas.

 

Et probablement à cause de çà, aussi bien mon père que moi avons été heureux dans des emplois de bureau. Je sais, j’ai déjà dit que j’ai raté ma vocation, mais à bien y réfléchir, c’est pas bien grave (on s’encourage comme on peut hein).

 

Voilà donc une belle tare de chez nous. Qui dit mieux ?

Commenter cet article